Les implants dentaires expliqués

Le cabinet du Docteur Jean-Yves Doukhan, chirurgien-dentiste à Paris, vous présente les bases de la technique d'implant dentaire.
 

Un implant est une sorte de cheville en alliage de titane, fixée dans l'os comme la racine d'une dent. L'implant permet de remplacer la dent manquante sans toucher aux autres dents.

C'est pourquoi, le praticien adapte la longueur, le diamètre et la forme au cas clinique grâce à un examen radiologique performant: 3D ou scanner.

Le protocole implantaire
Tout d'abord le praticien doit accéder à l'os, en dégageant la gencive. Pour cela il pratique une incision à l'aide d'un bistouri, puis il décolle la gencive pour bien voir le champ opératoire. Aujourd'hui des scanners 3D reproduisant sur ordinateur l'anatomie précise des maxillaires permettent une chirurgie beaucoup moins invasive dans les cas courants (technique dite 'flapless') et surtout beaucoup plus précise et prévisible.

L'implantologie est une percée essentielle qui a amélioré la vie de milliers de patients. En effet, c'est souvent la solution optimale car : - cela permet d'éviter de mutiler inutilement des dents saines - c'est la seule possibilité d'éviter une prothèse amovible - le patient retrouve un confort proche de celui des dents naturelles et donc une qualité de vie incomparable - l'esthétique est optimale - cela évite la perte osseuse et muqueuse liée à l'extraction d'une dent.
En résumé, un implant dentaire est souvent la solution de choix, car la moins invasive, s'il manque une ou plusieurs dents. Hormis des contre-indications générales ou locales, presque tout le monde peut bénéficier de solutions implantaires de remplacement pour ses dents, avec un aspect et des fonctions comparables à ceux de dents naturelles. Bien souvent, ces traitement impliquent des phases chirurgicales préalables d'aménagement du site osseux et muqueux à implanter.
Il est cependant impératif d'avoir terminé sa croissance osseuse avant d'envisager ces thérapeutiques, c'est à dire pas avant 18-20 ans.

L'implantologiste va, à l 'aide de forets de diamètres adaptés, préparer le logement osseux. L'implant est vissé dans l'os en forçant légèrement pour assurer une stabilité initiale satisfaisante. Après la pose de l'implant, débute la phase d'ostéo-intégration permettant d'assurer la pérennité du traitement. En effet l'implant, contrairement à la dent, est totalement fixe, c'est-à-dire ankylosé dans l'os. Cette ankylose justifie une extrême précision lors des phases prothétiques où la tolérance est beaucoup plus faible qu'en prothèse dentaire conventionnelle. Cette différence s'établit dans un rapport de un à dix! La tolérance de réalisation est de l'ordre du 1/10ème de mm en prothèse dentaire et du 1/100ème de mm en prothèse implantaire. La mise en charge de l'implant est généralement différée pour permettre la phase d'ostéo-intégration (de plusieurs semaines à plusieurs mois). Par la suite, un pilier implantaire et une couronne seront mis en place sur cet implant qui se comportera comme une racine artificielle.

Les implants dentaires autorisent le remplacement d'une ou de plusieurs dents, comme dans le cas illustré ci-dessous :

Remplacement de prémolaires et molaires par implants,
Rétablissement de l'esthétique du sourire par des couronnes dentaires dont les armatures sont réalisées en zircone.
vue des chapes en zircone des couronnes implanto-portées sur le modèle de laboratoire :

 

vue des couronnes terminées "tout céramique" sur le modèle de laboratoire :

 

Prothèses antérieures et postérieures terminées "céramo-céramiques", vue du sourire :

 

Les implants dentaires permettent, aussi, de rétablir la fonction masticatrice  et l'esthétique du patient lorsque toutes les dents sont absentes.
Cas d'un édentement complet maxillaire et mandibulaire :

Vue du modèle de travail de laboratoire (maxillaire) :

 

Prothèses complètes fixées (maxillaire et mandibule) :

 

Vue latérale : rétablissement de la fonction masticatrice :

 

Rétablissement de l'esthétique initiale de la patiente, de face et de profil :

   

 

Les implants peuvent aussi permettre d'améliorer considérablement la stabilité et la rétention de prothèses amovibles complètes ou partielles, constituant, ainsi, des alternatives thérapeutiques beaucoup plus confortables et moins volumineuses aux prothèses conventionnelles.
Ces techniques ne font intervenir que la mise en place d'un nombre limité d'implants, simplifiant d'autant ce type de prothèses.

Modèles de laboratoire montés sur simulateur d'occlusion: édentement complet mandibulaire et subtotal maxillaire :

Prothèse amovible complète stabilisée par implants modèles

 

Vue de la prothèse amovible mandibulaire stabilisée par deux implants

Prothèse amovible complète stabilisée par implants, montage

 

Vue des deux prothèses amovibles sur les modèles de laboratoire

Prothèse amovible complète stabilisée par implants terminée

 

 

Vue de l'intrados de la prothèse comportant des dispositifs de rétention implantaires de type "bouton-pression"

Prothèse amovible complète stabilisée par implants intrados

Voir les vidéos